Partis de Montsoreau sur deux itinéraires différents les deux groupes se sont retrouvés dans cette petite cité de caractère, Richelieu, pour partager le déjeûner bien mérité après 4 heures de vélo. Restent 45kms pour rallier le point de départ. Malheureusement, le brave cardinal n’est pas intercédé pour neutraliser les petites ondées portées par un vent sensiblement défavorable, mais peu importe, presque tout le monde est rentré sain et sauf… 155 kms pour les plus aguerris, 125 pour l’itinéraire bis : une bonne journée de vélo à travers la Touraine et en longeant le cours de la Vienne : une réussite de plus pour le club Cyclo de Brain-Andard qui sait voir plus loin que la Loire et l’Authion .

 

Le Ventoux et les Noyaux, 2ème partie

 

Mais moi, je suis dans un autre monde… Mon grand-père qui a fait la guerre 1914-1918 m’a dit un jour :
-Si tu veux couper ta soif, eh bien quand tu manges des cerises, gardes les noyaux en bouche !!
Là, j’étais avec mon grand-père qui fut mon confident, mon copain. C’était il y a juste 100 ans qu’il partait au combat avec ses deux frères mais il en revint seul.

Alors, je me suis dit : Grand-Père, toi, tu as fait quatre ans de guerre, et moi, si je ne suis pas capable de souffrir quelques heures, je suis nul…. Je suis parti, j’ai enclenché mes pédales, la fleur au guidon et mes noyaux dans la bouche.

Je progresse doucement mais sûrement et quelques kilomètres plus loin, je vois un cycliste arrêté sur le côté, c’était Gérard (encore), Gégé pour les intimes. Je m’arrête aussi :
-Qu’est ce qui se passe ?
-Oh, bah, je ne vois pas l’intérêt de souffrir autant sur un vélo !
J’essaie de le rassurer, de le motiver, mais que nenni, mettant son vélo dans l’autre sens, je ne le vis que 3 heures plus tard, frais et dispo devant un bon demi.

La montée, c’est dur. Le cardio va plus vite que les tours de pédales. Guy m’a donné un conseil : « Tu prends un rythme et tu moulines ! »

Il est gentil, mais quand tu n’as plus rien à l’arrière…. Enfin, j’ai mes noyaux et mon compagnon centenaire…
Les hectomètres défilent tout de même, les kilomètres aussi, l’environnement est tout en verdure, la route est bordée de chênes lièges et on a tout le temps de respirer ce bon air provençal. La circulation n’est pas intense, des cyclistes qui montent en silence, d’autres qui descendent à tombeau ouvert et j’attends le fameux chalet Reynard où à partir de là, m’a-t-on dit, le paysage change et devient exclusivement minéral.

La pente est vraiment raide, pas de répit. Les arrêts s’imposent. Même notre géant vert (Yves) a mis pied à terre.

Enfin, je l’aperçois, ce fameux chalet Reynard que les pros attendent aussi. Là, je me dis que c’est gagné, quoiqu’il reste encore 6 kilomètres difficiles, très durs. Mais avec mes noyaux que je salive, ça va le faire, ça va le faire!

Un coup d’œil à la stèle de Tom Simpson sans lâcher le guidon car à 6 kms/h, c’est pas prudent .
Le sommet se rapproche, l’antenne rouge et blanche au bout de ce désert de pierres blanches, j’aperçois mes amis cyclos tout là-haut qui m’encouragent pour les derniers hectomètres, dans un paysage lunaire, je n’en peux plus de cette dernière rampe, mais quel plaisir d’arriver là au milieu d’eux !!!

image7jpeg

 

Ils sont là, les cinq, un peu grelottant. Il fait un peu frisquet près de la pancarte "Sommet 1913m".

Daniel B est arrivé depuis longtemps, sans un seul arrêt. Normal, il a un vélo de pro, celui de Samuel Dumoulin… (c’est désormais moi qui roule avec…) Une pensée pour l’ami Michel qui depuis nous a quittés, qui a dû se dire :« On n’accélère pas dans les côtes ! »

Une photo pour immortaliser l’évènement .

image8jpeg

 

Merci grand-père pour les noyaux, j’ai mis 2h45, mais bon sang, je n’ai pas lâché!

Et c’est la grande descente vers Malaucène.

Encore une fois, je crois être le dernier, eh bien non, je suis rattrapé par Jean qui déboule et nous sommes à près de 70 km/h. Tout à coup, je le vois en grande difficulté dans un virage à droite, le voilà complètement déporté à gauche tandis qu’arrive une voiture en face de lui. Miraculeusement, ça passe. Arrêté sur le côté, je me précipite :
« -Qu’est ce qui s’est passé ? »
« - J’ai crevé de la roue avant ! »

Sans pouvoir commenter davantage l’incident tant la peur l’a tétanisé.

Si bien que la réparation fut catastrophique, impossible de démonter le pneu avec la fébrilité encore palpable, une pompe qui ne fonctionne pas. Bref, la totale.

Arrivés ¼ d’heure après les collègues attablés devant un demi.
« -Alors qu’est-ce que vous foutez ? »
« -Jean va vous expliquer ».
Et Jean de partir dans une longue tirade : «  J’ai crevé de l’avant mais ça passe … »
Ouf, quelle journée exceptionnelle tant pour les émotions que pour les efforts accomplis!

Merci Grand-Père
Daniel Groyer

image9jpeg

21 mai 2020 : sous un soleil radieux nos marcheurs ont parcouru 11 km dans les "hauts de Brain", vers Rosseau, Aigrefoin, la Tinelière...

Cette reprise "masquée" a réuni 19 marcheurs respectueux des règles préconisées par la FFR.

marche 21mai 1

marche 21 mai 2

Bravo à tous et rendez-vous jeudi prochain 28 mai. Les infos concernant cette rando seront communiquées en début de semaine prochaine par mail. 

Le Mot du Président m’a interpellé dernièrement : Le confinement, le rangement des papiers, une période
que l’on n’attendait pas….Je suis tombé sur un petit récit qui était resté griffonné relatant un épisode du
séjour effectué avec mes compagnons du Bacr en Juin 2014 . Voici donc ce que je peux vous
retransmettre d’un souvenir émotionnel encore très présent pour moi, rédigé avec la complicité de l’ami
Jean-François

 

 

La cerise sur le ….Ventoux

cerisesjpeg

 

image1jpeg

image6jpeg

Bizarre comme titre…


Juin 2014. Cette année-là, le club avait choisi l’Ardèche méridionale comme terrain d’exploration pour
explorer en cyclotourisme cette région superbe. 9 cyclos : Jean-François, Jean-Paul, Jean, Michel, Daniel B,
Yves, Guy, Gérard et moi-même .


Un hébergement en mobil’home confortable au cœur d’une propriété à la végétation déjà provençale
dont les parfums de ce début d’été renaissaient en même temps que le chant des cigales. Je partage
personnellement le logement avec Gérard et Guy et la cohabitation est des plus agréables.

image2jpeg


Pour ce qui est des sorties cyclos, je fais partie du groupe 2 composé de Jean-Paul et moi-même, au moins,
je suis sûr de rentrer à l’heure et sans incidents sur le parcours et le kilométrage. Les « costauds », vont un
peu plus loin, un peu plus haut. Et tout le monde se retrouve en milieu d’après-midi à la piscine avant la
pétanque et l’apéro.
Le village s’appelle Rosières et de là, nous explorons toute la semaine, les Gorges de l’Ardèche, les villages
comme Balazuc, Largentière, Rochecolombe, des sites comme le défilé de Ruoms , les Gorges de la Baume,
les champs de lavande à St Remèze, le célèbre Vallon Pont d’Arc près de la grotte Chauvet, avec des
incursions dans les Cévennes comme à Béssèges où existent de nombreuses grottes et avens . Bien sûr les
organismes sont soumis à rude épreuve, car le relief est marqué , heureusement, il fait une météo idéale.

image3jpeg

 

image4jpeg

 

Outre la découverte de la région, le Grand objectif de fin de semaine et de se rendre au pied du mythique

mont Ventoux (1h30 de voiture) pour tenter de vaincre à la force des jarrets le Géant de Provence.

1600 m de dénivelé sur 22 kms.


Le jour J , c’est demain. Manque de chance pour Guy, le voilà confronté à des ennuis dits « de
rouchements de panse » dans des proportions telles que la nuit est éprouvante, levé toutes les heures, et
qui, finalement, le conduisent à annuler sa tentative d’ascension. Pour lui, c’est mort mais il nous
accompagne. Chapeau. (n’empêche, arrivé non loin de Aubignan, il lui a fallu baisser culotte dans un
champ à l’abri des regards)…


Nous voici à pied d’œuvre, Jean-François nous a concocté un petit parcours d’échauffement avant
d’attaquer la montée. Lui, féru de montagne (les 100 cols minimum), pour lui, pas pour nous.
Les choses sérieuses nous attendent. Une photo avec le Ventoux comme toile de fond et nous voilà partis
à sept, Guy hs (dommage, c’était un de nos meilleurs atouts) et Jean-Paul exempté de peur de nous
retarder !

iamge5jpeg 2

(absent de l’image, c’est moi qui prends la photo)


15 kms à plat au milieu des vignes et des champs d’oliviers, nous passons Bedoin pour le km
0 et la pente commence à se faire sentir, mais ce sera dans trois kilomètres que le
pourcentage passera à 9% et ne descendra quasiment plus jusqu’au sommet. Chacun est
déjà dans son allure, et je pense être le dernier du groupe, mais non, je vois arriver Gérard
qui avait été retardé par la circulation dans le village. Et moi, juste avant Ste Colombe où
commence les difficultés, je m’étais arrêté pour déguster des cerises qui m’aguichaient
depuis un moment, des cerises noires, énormes, juteuses que j’ai cueillies sur une branche
qui penchait vraiment au dessus de la route.


Gérard me dit : « Eh bien, tu n’es pas rendu !!! »…

La suite..........la semaine prochaine! 

Page 1 sur 19

Contact cyclo : 06 95 45 04 06
Contact rando : 06 82 19 82 33
Contact VTT : 06 24 91 78 64


© 2015 BACR.

Réalisation  FRSoft : www.frsoft.fr